Assurance moto : pourquoi certains payent moins cher ?

Vous l’avez sûrement remarqué, certaines personnes sont privilégiées par les assurances et d’autres non. Quelles en sont les raisons ? S’agit-il tout simplement de favoritisme délibéré ou existe-t-il des critères de tarification en termes d’assurance moto ?

Assurance moto : quid des critères de prix

Le genre, l’âge, le type d’utilisation, la localisation, l’expérience sont autant d’éléments considérés lors de l’établissement d’une prime d’assurance moto. Et c’est encore une autre paire de manches si le souscripteur a été victime d’un accident récent, ou si son permis à été confisqué. Tout de suite, les détails !

Les plus accidentogènes : les personnes âgées et les primo accédants

Cela relève de la logique, les personnes dites « vieilles » sont plus susceptibles de provoquer des accidents. Mais, les primo-accédants, eux aussi sont considérés comme potentiellement dangereux. En 2016, le pic d’accidentalité à moto a été noté entre 25 et 49 ans. Ce qui ne passent pas inaperçu dans les primes d’assurance.

La localisation, un critère très important

Aux yeux d’un assureur, dans certaines zones géographiques, les risques d’accidents sont plus élevés que dans d’autres. Sont pris en compte : la densité de circulation, la réputation ainsi que l’état des zones de stationnement, le nombre de motard recensés dans les lieux.

Les femmes sont avantagées par rapport aux hommes

Du point de vue des compagnies d’assurance, les femmes sont plus prudentes !  Ce qui diminue considérablement le risque d’accident. Leur prime est donc moins élevée que celle des hommes.

Le montant de la prime d’assurance selon l’usage du deux roues

Selon le type d’utilisation déclaré, usage privé ou professionnel, l’assureur calcule les risques potentiels et les prends en compte lors de la définition du montant de la cotisation. L’usage professionnel est plutôt bien perçu par les compagnies d’assurance. De ce fait, il est accordé aux souscripteurs ayant déclaré ce type d’utilisation, une réduction de 7% par année s’il n’est impliqué dans aucun accident. En cas de sinistre responsable, une majoration de seulement 20% est appliquée. Si la responsabilité est partagée, le malus est fixé à 10%.

D’autres éléments ayant une influence sur les frais d’assurance deux roues ?

Outre, les critères cités ci-dessus, il existe d’autres facteurs capables de provoquer une baisse ou une augmentation de vos cotisations. Lesquels ? Découvrez, entre autres, le principe bonus/malus et le nombre de garanties souscrites.

Les détails du principe du Bonus/Malus

Également connu en tant que coefficient de réduction/majoration, le bonus-malus a pour objectif d’inciter les conducteurs de deux roues à rouler en toute prudence. A titre de coefficient, ce dernier peut être retiré ou ajouté à la prime de l’assuré.

Cette clause du Code des assurances est calculée à partir du nombre total d’accidents que le scootériste ou motard assuré a eu en une année. Le bonus-malus punit les assurés téméraires mais récompense les conducteurs prudents. Comment connaître son coefficient ? Il vous suffit tout simplement d’adresser une lettre à votre assureur.

Permis confisqué égale prime d’assurance élevée

Les assureurs ne laissent passer aucun détail. Si l’on vous a confisqué votre permis de conduire pendant les 2 dernières années consécutives, il faut vous attendre à une prime très conséquente. Par ailleurs, n’espérez aucun traitement de faveur si votre permis a été suspendus pour conduite en état d’ivresse ou sous stupéfiants.

Le nombre de garanties souscrites : à ne pas prendre à la légère

Consacrer un temps considérable à choisir le contenu de son assurance n’est pas déconseillé. Il est important de ne pas se précipiter pour ne pas payer de trop importantes cotisations. N’hésitez pas à vous servir d’une calculatrice, à consultez le site web de votre potentiel assureur ou d’utiliser un comparateur en ligne.

Qu’en est-il de la protection juridique et de l’assistance ? L’assistance n’est pas la même chez tous les assureurs. Mais, en principe, elles dépendent de la distance séparant votre domicile et votre lieu de stationnement habituel. L’avantage d’une assistance c’est qu’en cas de pannes de batterie, d’essence, en cas de besoin de remorquage, vous ne serez pas pris au dépourvu. La protection juridique, quant à elle, est comprise dans la formule communément appelée « tous risques ». Il s’agit d’un genre de « prêt » accordé au scootériste au cas où il a besoin des services d’un expert automobile ou d’un avocat.